FAQ : toutes vos questions

Se poser des questions est tout à fait normal avant de se lancer ! J’ai recensé ici les questions les plus fréquentes que me posent mes patientes. La première consultation est là pour répondre à toutes vos questions.

Dr Delphine Pagès

Acide Hyaluronique

Qu'est-ce que l'acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique est une substance naturellement présente dans le corps. 

Il est présent dans l’oeil au niveau de l’humeur vitrée, dans les articulations, etc …

Et surtout dans la peau : il s’agit de l’agent le plus hydratant naturellement présent dans la peau. 

Avec le temps, sa teneur dans l’organisme diminue.

Il a été possible de synthétiser l’acide hyaluronique, avec toutes les applications médicales que nous connaissons (dans le domaine ophtalmologique pour le traitement de la cataracte par exemple, dans le domaine rhumatismal pour le traitement de l’arthrose du genou par exemple, etc …).

Dans le domaine de la médecine esthétique, cela a représenté une petite révolution. Ainsi ont pu être abandonnées les injections de produits comme le silicone ou le collagène, qui étaient des produits non-résorbables, et qui ont donc causé certains effets indésirables, que l’on ne rencontre plus aujourd’hui grâce à l’acide hyaluronique.

L’acide hyaluronique est un produit résorbable, car la peau en contient naturellement donc elle va le reconnaître et le dégrader, petit à petit. 

C’est pour cela que c’est très sécuritaire.

C’est pour cela également que le traitement n’est pas définitif, et nécessite donc d’être pratiqué régulièrement. 

Puis-je le faire tout au long de l'année ?

Oui.

L’exposition solaire n’est pas une contre-indication aux injections d’acide hyaluronique. 

Y a-t-il des risques ?

Les principaux problèmes qui ont été rencontrés en médecine esthétique suite aux injections l’ont été au début de l’histoire de la médecine esthétique, avec les produits non-résorbables (silicone, collagène…).

Aujourd’hui, on ne doit utiliser que des produits résorbables, comme l’acide hyaluronique. On ne retrouve plus les problèmes de jadis.

L’acide hyaluronique est un produit résorbable, car la peau en contient naturellement donc elle va le reconnaître et le dégrader, petit à petit. 

C’est pour cela que c’est très sécuritaire.

C’est pour cela également que le traitement n’est pas définitif, et nécessite donc d’être pratiqué régulièrement. 

Le médecin esthétique, lors de la première consultation, pourra éliminer les éventuelles contre-indications (qui sont rares).

Il pourra expliquer les risques de complications (qui sont extrêmement rares chez un médecin formé et entraîné) et les risques plus courants mais totalement bénins (risque d’ecchymose, etc ..). 

Mésolift

Puis-je le faire tout au long de l'année ?

Y a-t-il des risques ?

Peeling

Puis-je le faire tout au long de l'année ?

Y a-t-il des risques ?

Sclérose de varicosités

À quoi est-ce dû ?

L’insuffisance veineuse, qui entraîne l’apparition des varicosités, est
héréditaire, autrement dit génétique. En fait, il s’agit d’une faiblesse de la paroi
veineuse. Elle est plus développée chez les femmes car le facteur hormonal
est aggravant. Donc sur cette part héréditaire, nous ne pouvons pas agir. Par
contre, nous pouvons limiter cette l’évolution.
Dans tout les cas, l’avis d’un médecin spécialiste angiologue est nécessaire.

Comment puis-je limiter l'apparition des veinules ?

Pour limiter l’évolution, il convient :

– de traiter régulièrement ces varicosités qui apparaissent.

– de porter des chaussettes ou des bas de contention : par exemple lorsque vous voyagez, ou bien à votre travail si vous avez un emploi qui nécessite une position assise ou debout prolongée.

– d’éviter de croiser les jambes lorsque l’on est assis.

– d’avoir une activité physique régulière.

– de ne pas être en surpoids.

– d’éviter les chaussures ultra-plates ou ultra-hautes ! (l’idéal est un talon de 3-4 cm).

– d’éviter les vêtements trop serrés.

– d’éviter les sources de chaleur importante. Pour être sûr que toutes ces recommandations vous conviennent, et qu’il n’y a pas de contre-indication, l’avis d’un médecin spécialiste angiologue est préalablement nécessaire.

Puis-je le faire tout au long de l'année ?

Non.

La sclérose des varicosités et le soleil ne font pas bon ménage !

Le risque est l’apparition de taches.

Donc on évite de s’exposer au soleil tout le temps de la période de traitement, et durant tout le mois qui suit.

Par contre, il n’y a pas de problème si la peau est hâlée, le traitement est possible. Mais il faut alors arrêter de s’exposer au soleil.

C’est pour cela que la sclérose des varicosités est contre-indiquée durant la période estivale. On évitera de la même manière les cabines UV, le laser ou les lampes flash, durant le traitement et le mois qui suit.

Y a-t-il des risques ?

Comme tout traitement médical, la sclérothérapie présente des risques.

Les principaux sont les suivants :

– pigmentation cutanée favorisée par les expositions aux UV dans les semaines suivant la sclérothérapie (il est donc recommandé de ne pas s’exposer aux UV pendant tout le traitement, et dans les 4 semaines qui suivent).

– ecchymoses (petits bleus), réversibles en 2 à 4 semaines maximum.

Je ne parle pas des autres risques, que l’on cite dans les livres, mais qui n’arrivent jamais avec un médecin spécialiste et entraîné.

Je réalise au sein du cabinet des prestations d’esthétique purement médicale, ce qui signifie qu’elles ne font pas appel à la chirurgie.

Les consultations et les soins de médecine esthétique (médecine morphologique et anti-âge) ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale. Tout d’abord, chaque soin fait l’objet d’une consultation préalable, avec élaboration d’un devis personnalisé (aucun devis n’est délivré par téléphone, par fax, ou par internet).

Les soins de médecine vasculaire (angiologie) sont entièrement remboursés par la Sécurité Sociale (médecin conventionné secteur 1). En revanche, les micro-scléroses des varicosités et télangiectasies (petites veinules sur les jambes) qui sont des actes esthétiques.

Je ne pratique pas au sein du cabinet : de consultation de nutrition, ni de micro-nutrition, ni de bilan hormonal.